Les bilans du Microbiote

Les bilans du Microbiote

Notre corps héberge une colonie d’habitants que sont les micro-organismes. Cet ensemble de bactéries, virus, champignons, parasites non pathogènes constitue le microbiote.

Il en existe plusieurs: cutané, vaginal, buccal ou placentaire dont le plus important est le microbiote intestinal (ou flore intestinale) avec 1014 microorganismes soit 2 à 10 fois plus de cellules que notre organisme lui-même pour un poids total avoisinant les 2kg.

Le microbiote intestinal est localisé le long du tractus gastro-intestinal et principalement dans l’intestin grêle et le colon, l’acidité gastrique rendant l’estomac quasiment stérile.

Le microbiome bactérien, génome de ces micro-organismes issus de plus de 1000 espèces, vient s’ajouter à l’ensemble des gènes du génome humain : on parle alors de metagénome.

La grande majorité des microorganismes présents dans l’intestin n’est pas toujours détectée par les techniques classiques de cultures de bactéries. Le séquençage du génome et notamment les études de l’ARN16S des bactéries ont permis de révéler la grande diversité du microbiote et ses aspects métaboliques.

Rôles du microbiote

En puisant ses ressources nécessaires à son propre métabolisme dans les aliments ingérés, le microbiote joue un rôle dans la défense et le renforcement de l’immunité, le développement des microvillosités intestinales et la motricité du tube digestif, l’hydrolyse de l’amidon, de la cellulose et des polysaccharides, la régulation des voies métaboliques (absorption des acides gras et de certains minéraux), la fermentation des nutriments ayant échappés à l’assimilation dans la partie haute de l’intestin, le métabolisme des peptides et la synthèse de vitamines (K, B12, B8).

En créant une véritable symbiose avec l’organisme-hôte, le microbiote contribue à notre homéostasie métabolique et est un acteur majeur de notre équilibre physique et psychique.

Le microbiote intestinal

La population microbienne est essentiellement constituée de bactéries anaérobies, incapables de se développer en présence d’oxygène moléculaire.

Le colon et l’intestin grêle représentent donc un immense bioréacteur anaérobie.

La flore anaérobie représente 99% du microbiote intestinal, la flore aérobie ou micro aérobie n’est que de 1% environ.

Différents facteurs peuvent affecter la composition qualitative et/ou quantitative du microbiote : âge, régime alimentaire, motilité intestinale, traitement antimicrobien, etc…

La digestion est l’ensemble des transformations subies par les aliments ingérés afin de permettre l’assimilation de leurs nutriments dans l’organisme.

Grâce à l’orchestration parfaite des nutriments issus de l’assimilation des aliments ingérés, l’organisme fabrique ses protéines, ses hormones et ses neurotransmetteurs. La synthèse de ces principes actifs vitaux permet d’assurer le fonctionnement corporel, organique et cérébral de notre organisme et de générer les outils nécessaires à notre longévité, tels que nos propres anti-inflammatoires par exemple.

Dans certaines conditions, les enzymes peuvent devenir inopérantes. N’assurant que partiellement la digestion, elles favorisent ainsi la création de substrats pour certaines bactéries indésirables.

Les micro-organismes présents dans le côlon possèdent des caractéristiques génomiques leur conférant la capacité d’utiliser les nutriments « providentiels » qui ont échappé à la digestion dans la partie haute l’intestin. En retour, elles produisent des métabolites (acides carboxyliques à chaîne courte) qui, une fois absorbés par les cellules intestinales, deviennent substrat et régulateur métabolique de l’hôte.

Cette variation de l’équilibre peut favoriser l’apparition de symptômes avec pour conséquence possible, des carences en éléments vitaux. La flore symbiotique n’étant plus en capacité de maintenir une barrière efficace entre l’intestin et le sang, la paroi intestinale devient poreuse : c’est l’hyperperméabilité intestinale.

Ainsi, la circulation sanguine devenant une voie d’accès « sans douane », certaines toxines issues du métabolisme des bactéries se retrouvent dans les urines afin d’assurer leur élimination.

Pour la réalisation de bilans, contactez votre professionnel de santé.

Vous trouverez ci-dessous des liens, à titre informatif :

Bilan du microbiote intestinal Biopredix

http://www.biopredix.com/fr/bilan-biologie-medicale/bilan-du-microbiote-intestinal

Les Métabolites Organiques Urinaires :

Le bilan des métabolites organiques urinaires est un index du métabolisme entre l’hôte et le microbiote. Les métabolites identifiés sont des indices de l’équilibre entre la flore microbienne symbiotique et la flore microbienne indésirable.

La variation de cet équilibre, soit par une croissance excessive, soit par une diminution importante de certaines d’entre elles, est susceptible d’impacter l’organisme qui les héberge. On parle alors de dysbiose intestinale.

Les bactéries intestinales présentes dans les portions proximales de l’intestin grêle n’étant pas obligatoirement retrouvées dans les selles émises, l’analyse des métabolites organiques urinaires est un complément du bilan du microbiote intestinal.

Contact: https://lims-mbnext.be/fr/

Bilan du microbiome intestinal par séquençage génétique

https://www.luxia-scientific.com/fr/

https://nahibu.com/fr

Si vous souhaitez une lecture approfondie de vos résultats, vous pouvez me contacter par ici